• Lieu:
  • Public:
    Adultes

Il ne dansera qu’avec elle

Sex, love & rock and roll

du 15 au 19 nov 2016 au Théâtre de Liège

Déconseillé aux moins de 16 ans

Depuis son premier spectacle qui le fit connaître au public et reconnaître par la profession, Antoine Laubin met à nu les questions politiques, sociales et humaines qui traversent les temps présents. Il les pose au regard de sa génération de jeune quadra ou presque : l’héritage familial et politique (L.E.A.R., Szenarios), la quête de soi (Démons me turlupinant), les mécanismes sociaux (Dehors, Le réserviste), le lien au père (Les langues paternelles), l’identité (Heimaten),…
S’entourant souvent d’un même noyau d’actrices et d’acteurs, ses spectacles sont tantôt des adaptations de romans ou d’essais (Patrick Declerck, David Serge), tantôt des pièces d’auteur (Jean-Marie Piemme), mais ils sont surtout le résultat d’une co-écriture enrichie à la fois par un travail préalable de recherche mené avec les acteurs et la plume du jeune auteur Thomas Depryck.
Cette génération née après la révolution sexuelle qui fut considérée comme une libération face aux normes étouffantes d’une société puritaine et conformiste, était encore, il n’y a pas si longtemps, dans sa pleine jeunesse. La voilà aujourd’hui à son tour père et mère, en voie de l’être ou pas, installée en couple ou pas. De la naissance du désir au plaisir sexuel, du sentiment amoureux à cette aspiration d’une relation au long cours et à avoir des enfants, quel regard pose-t-elle sur la sexualité, celle qui se vit dans l’intimité, celle qui se fantasme et celle qui s’affiche, immédiate et réduite à la mécanique de la seule jouissance physique ? Qu’est-ce qui influence la sexualité et qu’est-ce que la sexualité met en jeu dans notre rapport à l’autre ?

Les questions sont nombreuses. La sexualité est un champ du multiple que chacun peut cultiver à sa façon. Comme le disait Nietzsche, son degré, sa nature s’étendent jusqu’au sommet de l’esprit.

Loin de faire thèse sur le sujet, Il ne dansera qu’avec elle est un spectacle à la forme délibérément hétérogène, généreuse et joyeuse, porté par une distribution volontairement paritaire de six femmes et six hommes. Fausses ou vraies confidences, fausses fictions ou vraies scènes, faux ou vrais couples et amants se mélangent allègrement pour se prêter, sans détour ni complaisance, à un jeu du « il et elle » et du dévoilement de soi. Que se passe-t-il dans l’intimité, de soi, du couple, dans l’obscurité de la nuit où tout est permis, et dans la clarté du matin, à l’heure du réveil ?

Pour ceux qui désirent prolonger la réflexion, voici l’interview complète. Bonne lecture !

JEU | ÉCRITURE Angèle Baux, Caroline Berliner, Coraline Clément, Aurore Fattier, Denis Laujol, Yasmine Laassal, Marie Lecomte, Brice Mariaule, Jérôme Nayer, Hervé Piron, Renaud Van Camp, Pierre Verplancken
SCÉNOGRAPHIE | COSTUMES Stéphane Arcas
CRÉATION SONORE Éric Ronsse
CRÉATION LUMIÈRES Margareta Andersen
CRÉATION VIDÉO Julien Helgueta
CONCEPTION TECHNIQUE Gaspard Samyn
DRAMATURGIE | ÉCRITURE Thomas Depryck
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Laurie-Anne Vanbléricq
CONSTRUCTION Claude Panier
STAGIAIRE MISE EN SCÈNE Séverine Hofs
PRODUCTION Isabelle Jans
DIFFUSION Habemus Papam
CONCEPTION | MISE EN SCÈNE ÉCRITURE Antoine Laubin

Un spectacle de la compagnie De Facto, en coproduction avec le Théâtre Varia et le Théâtre de Liège

Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service général de la Création artistique, Direction du Théâtre

Habemus Papam est en résidence administrative au Théâtre Varia.
www.habemuspapam.be

Partager la page