• Lieu:
    En tournée
  • Public:
    Tout public

Apocalypse Bébé

Se débattre encore

Création du 25 sep au 6 oct 2016 Théâtre de Liège.
Du 11 au 15 oct 2016 Théâtre de Namur,
Du 15 au 17 nov 2016 manège.mons

Lucie Toledo, une détective habituée à filer les gosses de riches en fugue, est missionnée par une famille d’intellectuels bourgeois pour retrouver Valentine, une adolescente rebelle et paumée. Elle s’adjoint les services d’une coéquipière hors-norme, dite La Hyène, une lesbienne fascinante et une enquêtrice légendaire aux méthodes aussi efficaces que discutables. Les deux femmes partent sur les traces de la jeune disparue. Sur la route qui les mène de Paris à Barcelone, elles croisent une foule de personnages qui dressent la fresque d’une société hautement contrastée. Et quand, au bout du parcours, l’affaire semble s’éclaircir, l’ado mal dégrossie fait rebondir l’histoire en la menant vers une fin inattendue…

Si à première vue, Apocalypse Bébé est un polar, il est aussi un roman politique et prémonitoire qui brouille malicieusement les pistes, déjoue les clichés et dépeint un monde en mouvement. L’adaptation de Selma Alaoui suit sa trame pleine de gaieté et de piquant et conserve son rythme haletant. Dans un mélange de scènes d’action, de percées dans le passé, de fragments ou d’apartés qui sont tantôt joués, tantôt narrés, le spectacle, à l’instar du roman, nous incite à réfléchir sur la complexité de notre société et la nécessité d’en renouveler les enjeux.

  • Virginie Despentes a 24 ans quand elle ébranle la scène littéraire française. Son premier roman, Baise-moi, lui vaut une réputation de romancière subversive et l’impose comme « la chef de file d’une génération gaiement libertaire et décomplexée ». Lassée des étiquettes qu’on lui attribue, elle aborde d’autres thèmes, puis raconte dans King Kong Théorie comment elle est devenue ce personnage controversé. 2010 marque son retour au roman avec Apocalypse Bébé, pour lequel elle reçoit le Prix Renaudot. Les récents tomes de son Vernon Subutex (Ed.Grasset) lui valent d’être couverte de prix et de devenir membre de l’Académie Goncourt. C’est dire qu’au fil du temps, cette chroniqueuse habile et incisive de l’état de déglingue social, politique et moral de nos sociétés s’est imposée sans rien avoir perdu de sa capacité de révolte.
  • Après une formation en mise en scène à l’INSAS, Selma Alaoui obtient le prix de la Meilleure découverte et celui du festival Emulation de Liège, pour sa première mise en scène d’Anticlimax, de Werner Schwab. En 2011, son deuxième spectacle, I would prefer not to reçoit le prix de la meilleure mise en scène et celui de la meilleure comédienne. Elle met encore en scène, L’amour, la guerre, une écriture personnelle librement inspirée de Shakespeare et Notes pour le futur. Depuis 2007, elle est codirectrice artistique avec Emilie Maquest et Coline Struyf de Mariedl, un collectif qui explore les errances et les fulgurances des destins contemporains.

AVEC Marie Bos, Maude Fillon, Florence Minder, Achille Ridolfi, Eline Schumacher, Aymeric Trionfo, Mélanie Zucconi
SCÉNOGRAPHIE | COSTUMES Marie Szersnovicz
RÉALISATION VIDÉO Bruno Tracq
CRÉATION SONORE Guillaume Istace
CRÉATION LUMIÈRES Simon Siegmann
CONSEIL VIDÉO Arié Van Egmond
CONSEIL ARTISTIQUE Emilie Maquest, Coline Struyf
DRAMATURGIE Bruno Tracq, Selma Alaoui
DIRECTION TECHNIQUE Rémy Brans
STAGIAIRE A LA MISE EN SCENE Jeanne Dailler
STAGIAIRE SCENOGRAPHIE ET COSTUMES Lucille Streicher
ASSISTANAT MISE EN SCÈNE Amel Benaïssa
ADAPTATION | MISE EN SCÈNE Selma Alaoui
PRODUCTION Myriam Chekhemani

Un spectacle du Collectif Mariedl (www.mariedl.be)en coproduction avec le Théâtre Varia, le Théâtre de Namur, le Théâtre de Liège et le manège.mons, dans le cadre du 4A4.

Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service général de la Création artistique, Direction du Théâtre.

Avec la collaboration du Centre des Arts Scéniques.

4a4(logo2)logo_newcentredesartssceniques

Partager la page