• Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le mardi 11/02 à 20h30

  • Le mercredi 12/02 à 19h30

  • Le jeudi 13/02 à 20h30

  • Le vendredi 14/02 à 20h30

  • Le samedi 15/02 à 20h30

  • Le mardi 18/02 à 20h30

  • Le mercredi 19/02 à 19h30

  • Le jeudi 20/02 à 20h30

  • Le vendredi 21/02 à 20h30

  • Le samedi 22/02 à 20h30

Nous sommes les enfants du vacarme 

Les raisons sont nombreuses qui amènent des jeunes à vivre en rupture avec les normes sociales dominantes. à la fois héritiers et contestataires d’un monde établi, certains d’entre eux se retrouvent dans un isolement parfois extrême. La société les qualifie de paumés, de réfractaires, marginaux, drogués, révoltés…

Sur scène, six jeunes aux personnalités multiples errent dans le vide d’une zone périurbaine, quelque part, dehors Ils ressemblent à des chiens errant dans la nuit et le froid, abandonnés et frustrés, autant pétris de désillusions que débordants de rêves, de vie, de désirs et de rage. Leur état de tension proche de l’explosion, leur fébrilité, leur agitation, est comme le signe d’un ralliement. à quelques-uns ou isolément, ils sont là, réunis à la fois par un même besoin de montrer leurs crocs au monde et de crier leur désir d’exister. Ils semblent avoir trouvé un lieu d’exutoire, un endroit où survivre loin de tout jugement, mais aussi un refuge d’où percent des rayons de lumière ; une halte pour partager des moments de beauté, d’amour, d’amitié. 

Hélène Beutin & Clément Goethals saisissent ces destins fracassés et ces élans d’existence de jeunes qui se brûlent de trop vouloir brûler. Dans un système de plus en plus individualisé où chacun doit trouver sa place et où la plupart des jeunes ne sont plus en harmonie avec les valeurs normatives de socialisation, pourquoi ceux-là sont rejetés, ignorés, font peur ? Est-ce uniquement pour des raisons de codes et de comportements ?

Carnage, c’est l’histoire d’un monde « souterrain », d’un oubli, d’un ravage ; c’est le portrait sensible de ces enfants du vacarme, tiraillés dans l’hostilité du monde entre le meilleur et le pire, entre cet irrépressible et absurde besoin de se détruire – et de détruire – pour se sentir vivant, et cet appétit dévorant de vivre. 

 

 

Bord de scène :

Rencontre avec l’équipe artistique, à l’issue de la représentation, le mercredi 19 février 2020.

Pour les étudiants, soirée spéciale à 5€ (représentation + bord de scène).

AVEC Angèle Baux Godard, Lucile Charnier, Léonard Cornevin, François Gillerot, Alex Jacob, Adrien Letartre
LUMIÈRE Clément Longueville
SON  Harry Charlier
COSTUME Marine Vanhaesendonck
SCÉNOGRAPHIE Marie Menzaghi
CO-ÉCRITURE Aurélien Labruyère, Hélène Beutin, Clément Goethals et la distribution du spectacle
COORDINATRICE DU PROCESSUS DOCUMENTAIRE Daphné Liégeois
DRAMATURGIE, MISE EN SCÈNE  Hélène Beutin, Clément Goethals

Un spectacle de la FACT en coproduction avec le Théâtre Varia, le Festival de Liège, le Théâtre de l’Ancre, la Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre. Avec le soutien de [e]utopia asbl, Association du château de Monthelon, La Factorie de Val de Reuil, Toestand – Biestebroek, La Brasserie de la Senne.
Production déléguée : Théâtre Varia.

www.ciefact.com

© Tom Lombardo

 

Partager la page