• Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le vendredi 19/01 à 20h30

  • Le samedi 20/01 à 21h30

  • Le mercredi 24/01 à 19h30

  • Le vendredi 26/01 à 20h30

  • Le samedi 27/01 à 21h30

  • Le mercredi 31/01 à 19h30

  • Le vendredi 02/02 à 20h30

  • Le samedi 03/02 à 21h30

Au théâtre comme en politique, mégalomanie, narcissisme et manque d’empathie peuvent mener au désastre. Eno Krojanker et Hervé Piron le savent et en jouent. Comme l’Auguste et le Clown blanc, à la fois complémentaires et opposés, ils forment un duo pince sans rire, qui a un sens inégalé du second degré et de l’autofiction.

Utilisant comme point de départ propice à l’identification une scène d’enfance à la fois tragique et d’un anecdotique consternant, ils entraînent le public sur la pente glissante de la fascination et de la perte du sens critique. Les deux acteurs, tels des vases communicants, inversent ou démultiplient les rôles. De la figure du metteur en scène tout puissant en passant par celle de l’artiste narcissique et forcément maudit, ils nous mènent en bateau et nous font dériver en eaux troubles au gré de leur fantaisie et de leur volonté. Entre les jeux de séduction et de manipulation, les jeux d’influence et de domination, ils questionnent le rapport entre la scène et le public. Peut-on de gré ou de force devenir un « bon public »? Et si le théâtre, tout compte fait, tenait de la dictature ?
Le spectacle nous le rappelle. « C’est intelligemment redoutable et affreusement désopilant. Donc réussi. » (M.M. Froggy Delight, Paris, 2017)

« Voilà du bizarre, du gore, un masque des plus troublants
Le spectateur se retrouve embringué dans un jeu pervers sur le narcissisme, la mégalomanie, la manipulation des foules. Mine de rien, le tout est très malin, original, grinçant à souhait. » Le Canard Enchaîné, Jean-Luc Parquet, juillet 2017

© Alice Piemme

Le bord de scène: MERCREDI 24 janvier
Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Le Blind test
Le Blind test est à la fois une installation sonore à visiter tout au long des représentations et un jeu sur la manipulation auquel vous pouvez participer.
Jeu : SAMEDI 20 JANVIER et SAMEDI 3 FÉVRIER entre 20h30 et 21h30
Animation: Samarcande asbl et les relations publiques du Théâtre Varia.

Ces activités sont gratuites et ouvertes à tous.

Plus d’informations sur les actions menées autour des spectacles sur la page Actions et publics.

CONCEPTION | JEU Eno Krojanker, Hervé Piron
CRÉATION SON Maxime Bodson
CRÉATION LUMIÈRES Laurence Halloy
CRÉATION MASQUE, PERRUQUE Loïc Nebreda Rebecca Flores
DRAMATURGIE | OEIL EXTÉRIEUR Marie Henry
ASSISTANAT LUMIÈRES Kevin Sage
CONSTRUCTION Simon Borceux
DIFFUSION boom’structur (Sylvia Courty)
www.boomstructur.fr/enerve-diff

Un spectacle de la Compagnie Enervé. En coproduction avec le Théâtre de Namur. Avec le soutien de l’Atelier 210 et du Théâtre de L’L.

EXTRAITS CHOISIS :

« Énervé et Rien de spécial traitent des questions qui les taraudent avec un humour sombre, créant des objets scéniques sans équivalent. (…) Quand on les voit comme ça, ils n’ont rien de spécial. Et pourtant ces jeunes gens se posent mille questions sur le monde, leur vie, leur art. (…) Une des multiples raisons pour lesquelles Alice Hubball, Marie Lecomte, Eno Krojanker et Hervé Piron ne cessent de nous dérouter. Et de nous enchanter. » Le Soir, Jean-Marie Wynants, 18 janvier 2018

« Dans une débauche d’effets qui font mouche, la quête narcissique progresse entre humour décapant et cynisme dérangeant. Les « énervés » – mais ils sont plutôt relax – questionnent la relation entre les acteurs et leur public, à renfort d’interpellations et de provocations. Tissant un spectacle intelligent et drôle, ils se perdent dans les méandres d’une logique connue d’eux seuls qu’on ne peut qu’apprécier. » I/O Gazette, Daphné Bérénice, 28 juillet 2017

« Voilà du bizarre, du gore, un masque des plus troublants ; le spectateur se retrouve embringué dans un jeu pervers sur le narcissisme, la mégalomanie, la manipulation des foules… Mine de rien, le tout est très malin,original, grinçant à souhait. » Le Canard Enchaîné, Jean-Luc Parquet, 19 juillet 2017

« (…) leur spectacle, pépite absurde, bourrée d’auto-dérision et d’humour noir. Tout comme dans leur première création collective Petit déjeuner orageux un soir de carnaval nous entrons dans une représentation classique, burlesque, clownesque, ou dramatique et nous dérivons petit à petit vers un sujet, un propos et une réflexion que nous n’avions pas forcément anticipés. Car ces deux-là aiment partir du banal pour venir nous chercher et nous amener vers le douteux voir le stupéfiant. » Le bruit du Off, Baptiste Rol, 13 juillet 2017

« En partant du théâtre, Piron et Krojanker élargissent le propos et traitent, grâce à un retournement de situation flippant, du totalitarisme et de son corollaire, la déshumanisation. Et là, si on rit toujours, c’est en grinçant des dents. » Moustique, Eric Russon, 7 octobre 2015

« Eno Krojanker et Hervé Piron appartiennent à cette mouvance de « créateurs théâtraux » polyvalents (…), héritiers du non-rationnel, du non-sens, du « surréalisme à la belge »… ces étiquettes n’excluant nullement la réflexion, au contraire ! » Rue du Théâtre, Suzane Vanina, 23 septembre 2015

« C’est sur le décalage voire le dérapage, et le malaise qui en jaillit, que tablent Eno Krojanker et Hervé Piron dans cette entreprise de construction/démolition, tantôt inquiétante, tantôt hilarante, qui vous convoque au-delà du miroir. » La Libre Belgique, Marie Baudet, 21 septembre 2015

.

POUR EN SAVOIR PLUS :

Avant-papiers/annonces :
Elle Belgique, L’agenda du week-end, Grégory Escouflaire, 19 janvier 2018
Le Soir (entretien), Jean-Marie Wynants, 18 janvier 2018

Critiques :
I/O Gazette
, Daphné Bérénice, 28 juillet 2017
Le bruit du Off
, Baptiste Rol, 13 juillet 2017

Moustique, Eric Russon, 7 octobre 2015
Rue du Théâtre, Suzane Vanina, 23 septembre 2015
La Libre Belgique, Marie Baudet, 21 septembre 2015

Partager la page