DESPERADO

Du 12 au 19 Décembre 2019

Ton Kas, Willem De Wolf - Enervé, Tristero

  • Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le jeudi 12/12 à 20h30

  • Le vendredi 13/12 à 19h30

  • Le samedi 14/12 à 20h30

  • Le mardi 17/12 à 20h30

  • Le mercredi 18/12 à 19h30

  • Le jeudi 19/12 à 20h30

Et le principal c’est pas ce dont on parle mais le fait qu’on parle

Quand le Far West débande (1)

Moustache à la Charles Bronson, santiags rutilantes, pantalon à franges, chapeau de cow-boy : ces quatre-là prennent possession de la scène comme John Wayne s’empare du siège de Fort Alamo. Sauf que, en moins de temps qu’il ne faut à Clint Eastwood pour dégainer son colt, toute cette décharge visuelle de testostérones se dégonfle piteusement. Marc, Bruno, Michel et Eddy ont beau afficher de sombres visages impassibles et se tenir droit dans leurs guêtres, ce qui se dévoile dans leurs premiers échanges, poussifs et creux, c’est une vie pétrie d’insatisfaction (…)

Que ce soit dans la langue, comme désorientée, ou dans le jeu – une simple tape sur l’épaule ou un regard perdu en disent long sur cette difficulté à assumer une certaine vulnérabilité – le spectacle rappelle que la révolution post-MeToo ferait bien de se pencher aussi sur le mal-être des hommes.

Des hommes fatigués, incompris, frustrés, reclus dans leurs vies étriquées (2)

À rebours du cowboy viril et sûr de lui, c’est l’homme ordinaire qui, sous ces quatre silhouettes, se dévoile peu à peu. Des hommes pleins de certitudes et de déceptions, de rêves et de désillusions. Des hommes fatigués, incompris, frustrés, reclus dans leurs vies étriquées, blessés par les petites humiliations quotidiennes. À des lieues de la liberté tant chérie. Le langage, donc, comble les vides et leur sert d’exutoire, mais aussi tourne en rond : manège déglingué, triste et surtout désopilant.

4 cow-boys en manque de reconnaissance. 4 clowns irrésistibles (3)

Eh oui le charme principal de ce texte, un cadeau pour 4 acteurs doués pour l’autodérision, tient à cette langue quotidienne savoureuse mais très idiomatique, avec ses expressions toutes faites, qu’eux et nous utilisons tous les jours sans nous rendre compte de leur dose de stupidité ou d’approximation.  (…) Une comédie, certes, on rit tout le temps mais avec un arrière-plan social et presque philosophique où l’absurdité des situations débouche sur l’absurdité de la vie.

Un mélange savoureux (accents compris) d’acteurs francophones (Hervé Piron et Eno Krojanker) et néerlandophones (Youri Dirkx et Peter Vandenbempt). Leur collaboration porte leur puissance comique au carré de leur talent individuel et collectif. Si vous ajoutez une scéno minimaliste de Marie Szersnovicz et l’œil extérieur facétieux de Pierre Sartenaer, vous aurez les clefs du succès final.

1 Extrait – Catherine Makereel, LE SOIR, nov 18.
2 Extrait – Marie Baudet, LA LIBRE BELGIQUE, nov 18
3 Extrait – Christian Jade, RTBF.be, nov 18

© Alice Piemme / AML

Bord de scène :

Rencontre avec l’équipe artistique, à l’issue de la représentation, le mercredi 18 décembre 2019.

Pour les étudiants, soirée spéciale à 5€ (représentation + bord de scène).

AVEC Youri Dirkx, Eno Krojanker, Hervé Piron, Peter Vandenbempt
LUMIÈRE Margareta W. Andersen
SCÉNOGRAPHIE, COSTUMES Marie Szersnovicz 
ŒIL EXTÉRIEUR Pierre Sartenaer 
TRADUCTION FRANCAISE, MISE EN SCÈNE Enervé, Tristero

Un spectacle de Rien de Spécial, asbl et Tristero. Coproduction Rien de Spécial asbl, Théâtre Varia, Théâtre de l’Ancre, Tristero, La Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge.

Diffusion : Habemus Papam

 

DESPERADO est nominé aux Prix Maeterlinck de la Critique Scène 2019 dans la catégorie Meilleure comédie/Meilleur spectacle d’humour + Hervé Piron en Meilleur comédien

 

 

 

© Alice Piemme

LA PRESSE EN PARLE :

« ils sont teintés d’humour « involontaire », d’autodérision (…), avec un air pince sans rire qui commence par provoquer un sourire avant d’embarquer le public dans le rire, franc et salutaire. » Demandez le Programme****, Didier Béclard

Sentiments mêlés : une comédie, certes, on rit tout le temps mais avec un arrière-plan social et presque philosophique où l’absurdité des situations débouche sur l’absurdité de la vie. » RTBF.be*** , Christian Jade

« Desperado fait éclater avec un humour malicieux les fêlures de l’homme contemporain. Cruel mais délectable. », Focus Vif, Estelle Spoto

« une farce absurde qui n’est pas sans tendresse pour ces personnages déclassés, maladroits » Le Soir***, Catherine Makereel​​

« Vous connaissiez le western spaghetti, découvrez le western stoemp, servi avec talent par Enervé et Tristero sur le plateau du Petit Varia. » La Libre Culture***, Baudet Marie​

Presse web :
Rue du Théâtre,
Michel Voiturier, critique, 19 décembre 2018
Karoo,
Irène Chamorro, critique, 5 décembre 2018
Demandez le Programme, Didier Béclard, critique, 22 novembre 2018
LeSoir.be, le MAD, coup de coeur,
21 novembre 2018
RTBF.be,
Christian Jade, critique, 20 novembre 2018
Le Suricate Magazine,
Van Hoang, critique, 15 novembre 2018
Demandez le programme
, Juliette Framorando, interview, 12 novembre 2018

Partager la page