• Lieu: Petit Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le mardi 12/03 à 20h00

  • Le samedi 30/03 à 20h00

Dom Juan aime trop. Meursault n’aime pas assez. Ou est-ce l’inverse ? Camille et Perdican ont dix-huit ans et ne croient déjà plus à l’amour. Pour aimer il faut être deux, mais on n’est jamais deux. Qu’est-ce qu’« aimer » veut dire ? En savoir plus

 

 

L’ÉTRANGER

Presse écrite :

LaLibre.be, Laurence Bertels, Reportage, 18 octobre 2018

« Albert Camus, de la came pour les jeunes. À consommer sans modération. Si tous les profs de français avaient l’inspiration de Benoît Verhaert, les librairies écouleraient sans doute plus d’exemplaires de L’Étranger de Camus que de Vampire Diaries. » Le Soir, Catherine Makereel, avant-papier, 4 février 2013

Presse web :

« Ce spectacle réussit son pari, en alliant réflexion, interprétation et participation. L’initiative de faire entrer la réflexion au sein des écoles ne peut qu’être encouragée. Les débats qui animèrent l’après-spectacle furent d’une grande richesse et donnent une portée supplémentaire au texte de Camus. Oui, on vous le conseille sans hésiter. » Demandez le programme, Charles-Henry Boland, critique, 9 février 2013

ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR

Presse écrite :

« Céline Peret, magnifique Camille tout en retenue, et Samuel Seynave, un Perdican qui passe de la légèreté à la gravité avec habileté, livrent un duel nuancé ou haletant, chirurgical ou incandescent. » La Libre Belgique, Laurence Bertels, critique, 19 novembre 2014

Psychologies magazine, Nicolas Bogaerts, dossier, janvier 2015

DOM JUAN

« Dans sa mise en scène de Dom Juan de Molière, Benoît Verhaert fait le choix de travailler surtout sur le binôme Dom Juan/Sganarelle et son malaisé dialogue. C’est très, très bien vu. » L’Echo, Cécile Berthaud, critique, 15 novembre 2018

« Amoureux du répertoire, Benoît Verhaert continue, avec son Théâtre de la Chute, à s’en emparer avec conviction et intelligence. » La Libre Belgique, Laurence Bertels, critique, 14 novembre 2016

Partager la page