• Lieu:
    Grand Varia
  • Public:
    Tout public
Les horaires
  • Le mercredi 07/12 à 19h30

  • Le jeudi 08/12 à 20h30

  • Le vendredi 09/12 à 20h30

  • Le samedi 10/12 à 20h30

 

Le degré zéro du monde

Si on avait la possibilité de repartir de zéro, à l’intérieur de huit mètres par dix, on ferait comment ? Germinal met en scène quatre individus qui envisagent le plateau de théâtre comme un espace vierge dans lequel tout est à faire. De cet espace, ils font émerger un système. En étant candide, on dirait : un monde. L’observer se déployer nous donne l’occasion de voir se construire une nouvelle histoire du langage, des savoirs, et des structures sociétales. Dans Germinal, on est témoins de la naissance d’une civilisation, dont le territoire est le plateau de théâtre, et dont les habitants deviennent des comédiens. Leurs besoins, leurs capacités, leurs désirs sont limités : bâtir une société qui n’existera que le temps de la représentation. La pièce est aussi, à cet égard, une histoire du théâtre, qui part de ses archaïsmes (la pantomime, notamment) pour arriver à une expression plus contemporaine, en explorant de nombreux registres d’expression. Ce sont autant de prétextes pour construire des modalités de relation parfois aberrantes entre ces quatre individus qui découvrent le vivre ensemble tout en le réinventant. Dans cette pièce auto-générative, on tente de comprendre si la stabilité quantique, ça vaut vraiment la peine. On essaie de savoir si il y a un minimum ontologique légal. On range le monde selon de nouvelles catégories. On classe tout. On casse tout. Mais avec solennité, application et bonhomie.

Dans le cadre d’un focus « L’Amicale de production » 3 projets | 3 lieux | 3 semaines 

pass_amicale

Photos Alain Rico

amicale_focus_web

CONCEPTION Halory Goerger et Antoine Defoort
INTERPRÉTATION Arnaud Boulogne en alternance avec Jean-Baptiste Delannoy / Ondine Cloez en alternance avec Beatriz Setién / Antoine Defoort en alternance avec Denis Robert / Halory Goerger en alternance avec Sébastien Vial et la voix de Mathilde Maillard.
CONCEPTION TECHNIQUE Maël Teillant
RÉGIE GÉNÉRALE ET PLATEAU Frédérick Borrotzu / Colin Plancher
LUMIÈRE, VIDÉO Sébastien Bausseron / Alice Dussart
SON Robin Mignot / Régis Estreich
CHARGÉ DE PRODUCTION ET REGARD EXTÉRIEUR Julien Fournet
ASSISTANTE DE PRODUCTION Mathilde Maillard
ADMINISTRATION Sarah Calvez, Kevin Deffrennes
DIFFUSION XXX LOGISTIQUE Pauline Foury
CONSTRUCTEURS Christian Allamano / Cédric Ravier / Danny Vandeput (Kunstenfestivaldesarts)
CONSULTANTE LUMIÈRE Annie Leuridan

Production l’Amicale de production

Coproduction La Biennale de la Danse de Lyon, Théâtre de la Manufacture – CDN Nancy Lorraine, Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), le Festival Transamériques (Montréal), le Carrefour International du Théâtre (Québec), Le Phénix – scène nationale Valenciennes, Buda Kunstencentrum (Courtrai), Kunstencentrum Vooruit (Gand), le Vivat-Scène conventionnée d’Armentières, le Manège.mons/CECN/technocITé, alkantara festival (Lisbonne), le TnBA-Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine, Festival Baltoscandal (Rakvere ), le CENTQUATRE (Paris), Noorderzon Performing Arts Festival Groningen, Rotterdamse Schouwburg, NTXSTP (avec le soutien du Programme Culture de l’Union Européenne). Germinal a été accueilli en résidence et créé aux Subsistances, dans le cadre de la Biennale de la Danse de Lyon

Soutien Ce projet bénéficie du soutien du Conseil Régional Nord-Pas de Calais et du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Nord-Pas de Calais) ainsi que du programme européen apap/Performing Europe (DGEAC-Programme Culture)

Mad, Catherine Makereel, 28 novembre 2016 :
Critique : UNE AUTODÉRISION IRRÉSISTIBLE
« Halory Goerger et Antoine Defoort creusent dans des mines inépuisables d’humour pour interroger la création, celle de l’Homme, et celle, en filigrane, de l’art. Prétentieuse ambition, dîtes-vous ? Sauf que, sous ce synopsis pompeux, se profile un théâtre qui se moque de lui-même, qui raille toute vanité artistique pour se revendiquer d’un style faussement naïf et d’une autodérision irrésistible. » Lire l’article complet

Le Soir, Catherine Makereel, 25 novembre 2016 :
Critique : FLÂNER SUR LES SOMMETS DU GAI SAVOIR
« Si Antoine Defoort n’existait pas, il faudrait l’inventer, lui coller un brevet, et le reproduire dans tous les théâtres. » Lire l’article complet

La Libre Belgique, Marie Baudet, 25 novembre 2016 :
Critique : UN FAIBLE DEGRÉ D’ORIGINALITÉ, RANDONNÉE CONCEPTUELLE
Lire l’article

Radio Campus, La conspiration des planches, Christian Jade, 23 novembre 2016 :
Annonce focus + Critique d’Un faible degré d’originalité
Écouter le podcast (1er sujet)

Musiq3, L’info culturelle, François Caudron, 23 novembre 2016 :
Annonce focus + Interview Antoine Defoort
Écouter le podcast

L’Echo, Sylvia Botella, 22 novembre 2016 :
Présentation focus On a préparé des spectacles : LA CREATIVITE BOUILLONNANTE DE L’AMICALE DE PRODUCTION
Lire l’article

Le Monde, Rosita Boisseau, avril 2015 :
Critique : DU COQ A L’ÂNE
« Avoir la sensation de contempler des gens ordinaires en train de couper les cheveux en quatre, tout en assistant à un vrai moment spectaculaire usant de tous les artifices de la machine théâtrale, sous-entend un réglage savant du curseur des codes de la représentation. (…) Germinal est aussi une déclaration de foi dans la « black box », ce monde bourré de possibles susceptibles d’ajuster le réel aux délires les plus farfelus. (…) Tout reste généreux et léger. » Lire l’article complet

Libération, Clémentine Gallot, avril 2015 :
Critique : UN VOYAGE AUX RACINES DU LANGAGE
« Fausse piste, le titre du spectacle évoque davantage l’éclosion bouillonnante et le premier mois printanier dans le calendrier républicain que le roman d’Emile Zola (quoique…). Son préambule conceptuel, qui pourrait effaroucher le chaland, n’a rien d’un aride cours de linguistique et tout d’une vaste entreprise de sémiologie ludique en free-style. (…) Cette genèse en forme d’encyclopédie pop, inspirée de loin par le fonctionnement démocratique de Wikipédia, résiste, elle aussi, aux classifications. Précipité grisant de cogito naissant que ce beau prélude à un éveil des consciences. » Lire l’article complet

Inferno, Quentin Guisgand, mars 2014 :
Critique : GERMINAL OU L’ÉTHIQUE DU JEU« Il s’agit là d’une épopée jouissive car, si elle mêle dérision et humour, elle n’en oublie pas de questionner ce qui fonde le théâtre, quitte à dégommer pas mal de pensées poussives pour le sujet. (…) Avec poésie et humour, ce spectacle infuse dans nos pensées un esprit de rébellion créative sans qu’il ne soit pourtant question de revendication. Du théâtre politique non par le texte, mais par la nature. Du théâtre contemporain. » Lire l’article complet

France Culture, Isabelle Lassalle, juillet 2013 :
Interview d’Antoine Defoort
Écouter le podcast

Les Trois Coups.com, Céline Doukhan, juillet 2013 :
Critique : CLASSEURS INCLASSABLES
« Halory Goerger et Antoine Defoort livrent un spectacle inattendu et désopilant. » Lire l’article complet

Les Inrocks, Hugues Le Tanneur, avril 2013 :
Critique : LE JOUR D’APRÈS
« Fantaisie et ingénuité se conjuguent dans un univers virtuel où technologie et théories jouent un rôle déterminant jusqu’à l’exploitation de la courbe du deuil associée comme il se doit à l’idée de fin. Drôle et habilement troussé, un spectacle à glisser quelque part dans une catégorie où il côtoierait ceux de Philippe Quesne ou de Grand Magasin. »

16 & 17 Décembre 2016 – Bonlieu Annecy
6 Janvier 2017 – Pôle culturel – Alfortville
12 & 13 Janvier 2017 – La Faïencerie – Creil
21 au 23 Mars 2017 – Théâtre Sénart – Lieusaint
27 & 28 Avril 2017 – Phénix – Valenciennes
4 & 5 Mai 2017 – Espace Jean Legendre – Théâtre Impérial – Scène Nationale de l’Oise en préfiguration

Partager la page