INTERROMPRE, QUOI ?!

UNE FORME EXPERIMENTALO-COLLECTIVE …

 

« The aesthetic has to do with a ‘doing nothing’. […] This is what the aesthetic ‘doing nothing’ means:
the disruption of the relation between a way of doing, a way of seeing, and a way of being »
(J. Rancière, “The Aesthetic Heterotopia”, Philosophy Today, vol. 54 (2010), p. 17)

Occupygezi mouvement, Turqie, juin 2013

  

Vendredi 18 et Samedi 19 oct à 21h/ Petit Varia

Le GROUPE INTERRUPTION s’est constitué suite à divers événements qui ont eu lieu sur des scènes publiques, qu’elles soient théâtrales, universitaires ou politiques, de par le monde. Le fait d’interruption n’est pas nouveau. A chaque époque, son contexte qu’un sens bien précis de la répartie vient aussitôt contrarier. Mais pourquoi ces chahuts, ces « attentats » plastiques, poétiques et politiques ciblent-ils des espaces dits démocratiques ? Pourquoi  ne pas voir aussi dans les grèves, tracts, manifestations,  graffitis, et même poèmes,  cette même volonté de rupture avec les discours dominants ? Dans ces temps de glaciation sociale, de pétrification politique, de convulsion individuelle, et de mécontentement ininterrompu des gens,  la rupture, la discontinuité et la césure ne sont-elles pas des intuitions urgentes : des brèches et des ouvertures vers de nouveaux (im)possibles ?

Les conventions théâtrales, politiques, sociétales et représentatives qui donnent la parole aux uns et renvoient au silence des autres peuvent-elles être déplacées ? Comment imaginer une forme sensible, une expérience de partage, qui serait à la fois interruptible à tout moment, non-achevée, continue, et qui appartiendrait A TOUS ?

Le GROUPE INTERRUPTION, encouragé dans son désir de se laisser porter par une expérience fortuite,  se devait de donner une forme singulière à cette ample matière tout en gardant la possibilité même de se laisser interrompre

Au cours de ces deux soirées, le groupe reviendra sur les faits – et les effets – des interruptions des modes narratifs passés, sur les concepts même d’interruption et donnera à entendre des conversations peu ordinaires, insolites et insolentes, glanées pour l’occasion avec Jacques Rancière, Natacha Michel (groupe Foudre), François Nicolas,  Alain Badiou, Anatole Atlas et beaucoup d’autres inconnus.

 

 Tracts sonores du GROUPE INTERRUPTION:

A visiter : http://interruptionint.wordpress.com

 

ENTREE GRATUITE. 

Partager la page