• Lieu: Petit Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le jeudi 23/04 à 20h00

  • Le vendredi 24/04 à 20h00

  • Le samedi 25/04 à 20h00

  • Le mardi 28/04 à 20h00

  • Le mercredi 29/04 à 20h00

  • Le jeudi 30/04 à 20h00

  • Le vendredi 01/05 à 20h00

  • Le samedi 02/05 à 20h00

  • Le mardi 05/05 à 20h00

  • Le mercredi 06/05 à 20h00

  • Le jeudi 07/05 à 20h00

  • Le vendredi 08/05 à 20h00

  • Le samedi 09/05 à 20h00

Nous sommes si heureux, nous attendons un enfant

Dès sa naissance, et même avant, le petit Ralf Pan est un monstre, un enfant insupportable, égoïste, imbu de lui-même. Et il le sait. Il est arrivé pour retourner le monde, le sortir de sa paralysie. Il a de grands projets. Ses parents voient en lui un génie, mais lui voit encore plus loin.

Dramaturge à la Schaubühne, Marius von Mayenburg écrit cette pièce en 2017, juste après l’élection de Donald Trump, et après Erdogan, Poutine, Orban, Kaczynski… Comme une réaction allergique à ces leaders machos et à leurs réponses simplistes à des questions complexes, il crée Peng, traduit en français par Pan !. Avec ce nom qui claque comme un slogan, il pousse « une porte de derrière pour entrer dans les consciences, avec quelques pensées déplaisantes, puisque la porte de devant est fermée ».

Vicky et Dominik, les parents de Ralf sont des bobos qui surprotègent leur enfant-roi. Quand quelque chose est impossible, nous dit Mayenburg, il y a seulement deux catégories d’êtres humains qui répondent « je le veux quand même » : les patrons et les enfants. Ralph se montre tantôt un adulte très enfantin, tantôt un enfant très adulte, et s’en prend à tous ceux qui lui barrent la route.

Pan ! suit différentes étapes de la vie de Ralf, frôlant l’absurde et se transformant petit à petit en une cruelle émission de télé-réalité. Le racisme de Ralph, sa misogynie, son couronnement, son égoïsme, son incapacité à accepter les critiques jouent avec la politique contemporaine, mais aussi avec quelques restes mal digérés de l’Histoire européenne.

Thibaut Wenger et sa bande s’emparent de cette comédie féroce, présentée pour la première fois en français dans une traduction de Joséphine de Weck, où on tire sans complaisance sur tout ce qui bouge, à commencer par la bien-pensance générale de notre époque.

Pan ! sur la politique, la famille, la médecine, la télévision, les enfants, les femmes, les hommes… Certes ça fait mal, mais la résistance au politiquement correct qui envahit tout, y compris les théâtres, qu’est-ce que ça fait du bien !

 

Bord de scène :

Rencontre avec l’équipe artistique, à l’issue de la représentation, le mercredi 29 avril 2020.

Pour les étudiants, soirée spéciale à 5€ (représentation + bord de scène).

AVEC Nina Blanc, Emile Falk-Blin, Titouan Quittot, Tristan Schotte
LUMIÈRE Matthieu Ferry
MUSIQUE, SON Grégoire Letouvet, Geoffrey Sorgius
COSTUME Claire Schirck
SCÉNOGRAPHIE Arnaud Verley
VIDÉO Mali Arun
ASSISTANAT À LAMISE EN SCÈNE Médéa Anselin
MISE EN SCÈNE Thibaut Wenger

Une création de Premiers Actes en coproduction avec le Théâtre Varia, la Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge, de la COCOF – Fonds d’acteurs, de la SPEDIDAM, du Ministère de la Culture / DRAC Grand Est et de la Région Grand Est.

Production déléguée : Théâtre Varia.

La pièce Peng de Marius von Mayenburg est représentée par L’Arche, agence théâtrale. – www.arche-editeur.com

premiers-actes.eu

 

© Getty Images

Partager la page