Philip Seymour Hoffman, par exemple

Dans le cadre du
Kunstenfestivaldesarts.eps

Être et jouer à être

  • C’est avec la pièce La Estupidez que Transquinquennal s’est pour la première fois confronté à un auteur argentin extraordinaire : Rafael Spregelburd, qui est aussi acteur et metteur en scène. Son univers se fond comme par enchantement dans celui du collectif bruxellois. Non seulement il rejoint son goût pour un humour kamikaze et centrifuge, mais il offre des mises en perspectives ludiques de la fiction, avec des personnages qui n’en sont pas, des acteurs qui peuvent endosser plusieurs rôles à la fois, des scènes jouées en simultané, etc.

Le 2 février 2014, Philip Seymour Hoffman est trouvé mort dans un appartement à New York. Avec sa disparition soudaine, les producteurs de la saga Hunger Games dans laquelle il tenait un rôle, envisagent sérieusement de créer un avatar 3D de l’acteur pour l’intégrer dans les séquences que ce dernier n’avait pas eu le temps de tourner. Philip Seymour Hoffman, l’anti-star iconique qui ne prenait rien à la légère, qui alternait machines hollywoodiennes, scénarios financés par des studios indépendants et théâtre, pouvait donc être aussi facilement remplacé ?

Voilà pour Transquinquennal de quoi se poser quelques questions sur la célébrité et l’illusion, sur la confusion et la ressemblance entre le vrai et le faux, sur la réalité d’une identité personnelle, sur l’escroquerie et le besoin d’identification à des icônes. Et ce ne sera en aucun cas un biopic.

Sur base de ces arguments, Transquinquennal passe commande d’une pièce à Rafael Spregelburd pour trois acteurs – le noyau artistique du Collectif – et deux actrices. Philip Seymour Hoffman, par exemple nous transporte dans une étrange fabrique d’histoires parallèles et contradictoires, qui est elle-même, aussi, une histoire, peut-être.

Horaires susceptibles de modifications.

Partager la page