• Lieu:
  • Public:
Les horaires
  • Le mardi 12/03 à 20h30

  • Le mercredi 13/03 à 19h30

  • Le jeudi 14/03 à 20h30

  • Le samedi 16/03 à 20h30

  • Le mercredi 20/03 à 19h30

  • Le jeudi 21/03 à 20h30

  • Le vendredi 22/03 à 20h30

  • Le samedi 23/03 à 20h30

Du vestiaire du foot au sabbat des sorcières, onze danseurs partent en quête de leur part féminine et en arrivent à célébrer la diversité des sexes.

Du vestiaire de foot au sabbat de sorcières, du morne uniforme à la diversité débridée, un parcours ludique et libératoire où un groupe d’hommes, d’abord cernés par les clichés de la masculinité, trouve la sortie de secours dans la recherche du féminin.
Les penseurs de la « théorie du genre » qui provoque tant d’opposition aujourd’hui chez les traditionalistes et les réactionnaires, ont modifié profondément notre idée de l’être humain. Nous ne sommes plus femmes, plus hommes, de la même manière. Et nous avons appris qu’il y a, entre les deux, de multiples nuances et possibilités.
C’est cette multiplicité de nuances que Thierry Smits explore dans un spectacle qui entre prosaïsme et rituel, transforme sans cesse la scène et les corps.

En se dépouillant peu à peu des gestes et de l’attirail de la masculinité et sans jouer avec les artifices du travestissement, les onze danseurs recherchent ce qu’ils ont de « femme » en eux. Pour aller vers ce double féminin, ils vont explorer l’image transgressive de la sorcière, ce vieux fantasme inventé pour réduire la femme en esclavage ; se créer un corps imaginaire avec d’autres hanches et d’autres déhanchés, sans appareil génital externe, menstrué, susceptible d’être « enceint » ou d’allaiter….; trouver leur tonicité et leur endurance à d’autres endroits, travailler la force pour le porté, l’abandon pour être emporté…

Et, en passant ainsi du sexe dit fort à celui qu’on qualifie de beau, assumer ce que les clichés ont d’intéressant : quitter un idéal de puissance pour aller vers une valeur esthétique, refuser la guerre pour lui préférer l’art.

ATTENTION : représentations au Studio Thor, 49 Rue Saint-Josse, 1210 St-Josse-ten-Noode

© Hichem Dahes

AVEC Linton Aberle, Ruben Brown, Davide Guarino, Michal Adam Gòral, Gustavo Monteiro, Oskari Nyyssölä, Emeric Rabot, Nelson Reguera Perez, Eduard Turull Montells, Duarte Valadares,Paolo Yao
MUSIQUE Nikolas Klau, Loreto Zamora
COSTUME Silvia Hasenclever
LUMIÈRE Nicolas Simonin
ASSISTANAT Vincenzo Carta
COORDINATION TECHNIQUE Bruno Gilbert
DRAMATURGIE, COLLABORATION ARTISTIQUE Antoine Pickels
CHORÉGRAPHIE, DIRECTION ARTISTIQUE Thierry Smits

Un spectacle de la compagnie Thor.Coproduction Compagnie Thor, Théâtre Varia, Charleroi Danse, La Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge. Avec le soutien de la Commission communautaire française dans le cadre du réseau des scènes chorégraphiques.

Cie Thor
Fabien Defendini (Production)
Jean François Lejeune, Bruno Gilbert (Régie)

Diffusion
juliette Buffard Scalabre (Derviche Diffusion)

Le spectacle a été créé le 29 mai 2016 au Théâtre Varia.

© Hichem Dahes

Presse écrite :

« Les femmes – à moins que ce ne soient des hommes – deviennent des sorcières aux allures de Femen, des êtres libres, puissants et désirants ! Et si le féminin permettait l’émancipation du masculin ? » Soir mag, Joëlle Smets, 1er juin 2018

« On relèvera ici l’endurance et l’énergie des danseurs au talent confirmé. » La Libre Belgique, Stéphanie Bocart, 1er juin 2018

« Le résultat est flamboyant, brillant, émouvant. » Marie Claire, Astrid Chaffringeon, 1er juin 2018

« Si étrange soit la trajectoire, glisser, en une heure dix, de l’univers des fanas du ballon rond à celui des succubes, donne un sens incontestable à la performance. » L’Echo, Valérie Colin, 31 mai 2018

Presse audio-visuelle :

TV5 Monde, 64′ (reportage RTBF), 12 juin 2018

La 1ère, Entrez sans frapper (chronique), Sébastien Ministru, 7 juin 2018

BX1, Le cour(r)ier recommandé (interview), David Courier, 7 juin 2018

La Trois, Jour de relâche – le mag (coup de cœur), Sylvia Botella, 4 juin 2018 (à partir de 17:03)

Vivacité, Journal des Sports, Lise Burion, 3 juin 2018 (à partir de 2:50:53)

La Une RTBF, JT, Dominique Dussein, 2 juin 2018

La Trois, Des Vies (interview), Elodie de Sélys, 2 juin 2018

Pure, Drugstore Digital (chronique), Malvine Cambron, 1er juin 2018

La 1ère, Matin Première, Sport Première, Lise Burion, 1er juin 2018

Vivacité, Jour parlé de 8h, Nicole Debarre, 31 mai 2018 (à partir de 11:03)

La 1ère, Jour Première (interview), François Heureux, 30 mai 2018

La 1ère, Journal parlé de 8h, Nicole Debarre, 30 mai 2018 (à partir de 14:25)

Musiq3, L’info culturelle, François Caudron, 30 mai 2018

Pure, Drugstore Digital (interview), 25 mai 2018

BRUZZ (reportage), Marie-Ange Gillis, 18 mai 2018

Presse web :

« Un spectacle doux, presque espiègle, drôle, dans un registre rare en danse : la comédie burlesque sur un sujet d’actualité, la résurgence de l’homophobie, à deux pas de chez vous. » RTBF.be/culture, Christian Jade, critique, 16 juin 2018

« Des somptueux tableaux vivants dotés d’une énergie inouïe. Passant de la douceur candide et maternelle à l’hystérie rebelle de sorcières fêtant le sabbat, en passant par les manifestations féministes pour l’avortement et la place de la femme dans la société. Le tout magnifiquement chorégraphié. WAW ! » Marie Claire.be, Valentine Van Gestel, 6 juin 2018

« Ce qui aurait pu n’être qu’une singerie est ici une véritable exploration, une tentative éblouissante et cependant non sans humour de comprendre en profondeur depuis un point de vue d’homme (mais on l’oublie presque), le féminin. » mouVoir, Cathy De Plée, 1er juin 2018

« Une réflexion à la fois ludique et profonde sur la femme qui est en nous. » Le Suricate, Soraya Belghazi, 31 mai 2018

Partager la page