• Lieu: Petit Varia
  • Public: Tout public (12 ans et+)
Les horaires
  • Le mardi 15/03 à 20h00

  • Le mercredi 16/03 à 20h00

  • Le jeudi 17/03 à 20h00

  • Le vendredi 18/03 à 20h00

  • Le samedi 19/03 à 20h00

  • Le mardi 22/03 à 20h00

  • Le mercredi 23/03 à 20h00

  • Le jeudi 24/03 à 20h00

  • Le vendredi 25/03 à 20h00

  • Le samedi 26/03 à 20h00


À voir également cette saison, une autre mise en scène d’Elsa Chêne :
> ORPHELINS <


 

Deux personnages se trouvent de chaque côté de la porte d’entrée d’un appartement. On ne sait rien d’eux. On sait seulement que l’un demande à entrer, et que l’autre dit non. L’un cherche à comprendre les raisons de ce refus et à renouer un dialogue qui semble rompu, mais l’autre, obstinément, continue à dire non. Alors l’un reste là, de l’autre côté de la porte, dans le couloir, et reprend la parole, comme pour lutter contre le silence qui menace de s’installer. 

Cette première pièce de Victor Rachet, jeune auteur sorti de l’INSAS en 2018, s’ancre dans une situation simple et volontairement ambiguë. 

A voir au Petit Varia du 15 au 26 mars 2022
Avec Carole Adolff, Sam Darmet, Maxime Pichon

Les pans d’un passé commun

La situation de départ se répète en variations. Par touches successives et au détour de phrases inachevées et saccadées, les pans d’un passé commun ressurgissent peu à peu. Un passé amoureux, où les mots sonnaient autrement et où les corps se trouvaient aisément. Que s’est-il passé entre-temps ? Chacun garde en mémoire des bribes de conversation, des instants suspendus et, sur le seuil, les souvenirs se rejouent au présent. La porte s’entrouvre, se referme, puis s’ouvre complètement, mais rien ne se passe comme ils l’avaient imaginé.

Ce qui perdure une fois que tout est terminé

Elsa Chêne explore ces instants où, en présence de celui qui nous était familier, le présent se dédouble. Elle se demande comment une relation intime est altérée par le souvenir et l’imagination, elle sonde ce qu’on partage encore, ce qui nous reste de l’autre, ce qui perdure une fois que tout est terminé. La mise en scène nous entraîne dans une expérience sensorielle, en présence, dans ce jeu qui se joue à deux, d’un troisième corps, celui d’un performer musicien dont les sons live interagissent et entrent en résonance avec l’un ou l’autre. Avec l’un et l’autre que l’on sent prêts, malgré la rupture, malgré leur épuisement de ne pas s’accorder, à rechanter encore et encore les chansons surannées de leur « cœur-karaoké ».

MISE EN SCÈNE Elsa Chêne
TEXTE Victor Rachet
AVEC Carole Adolff, Sam Darmet, Maxime Pichon
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Hugo Favier, assisté de Margot Briand
CRÉATION LUMIÈRE Nora Boulanger-Hirsch
SCÉNOGRAPHIE & COSTUMES Estelle Bibbo
CRÉATION SONORE Maxime Pichon
INGÉNIEUR DU SON Régis Planque

Accompagnement en diffusion et développement de projet : Ad Lib 

Une production de Mars – Mons Arts de la Scène en coproduction avec le Théâtre Varia et Elsa Chêne. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Administration générale de la Culture – Service du théâtre. Avec le soutien de La Chartreuse Villeneuve les Avignon, de Wallonie Bruxelles-International, du programme SUITCASE de Iles asbl, de l’asbl Vitesses et du LOOKIN’OUT.

www.elsachene.com

© Simon Loiseau

Partager la page