Samedi 15 février de 16h à 18h30.

Autour du spectacle Le BOUSIER.

Nous sommes au bord de l’effondrement… Comment créer de nouvelles relations au vivant ?

C’est en 1926 que Vladimir Vernadsky définit pour la première fois la notion de biosphère. Toute vie est une force géologique qui transforme la terre, et l’homme en tant qu’être vivant ne peut un seul instant en être physiquement indépendant. Le scientifique est peu entendu à cette époque où l’on pense que la nature est un puits sans fond de ressources et de régénération…

Depuis, l’expansion de la population humaine n’a cessé d’augmenter, et chaque jour davantage nous ressentons les impacts délétères de ses activités hypertrophiques. Non seulement la biosphère est mise en danger avec le réchauffement climatique, l’acidification des océans ou l’extinction de masse des espèces, non seulement notre santé physique subit la contamination des sols, de l’air ou des eaux, c’est aussi notre équilibre psychologique qui est en jeu.

Nous sommes au bord de l’effondrement, sinon déjà effondrés. Une ligne d’espoir pourtant se dessine. Le besoin se manifeste d’écrire une nouvelle histoire, d’inventer de nouvelles alliances, de créer de nouvelles relations au vivant. Comment concrètement parvenir à ce renouveau ? Comment se restaurer en profondeur ? Que faire, que mettre en place ?
Une conférence interactive de Gauthier Chapelle pour nous aider à inventer de nouveaux modes de vie et de relations au vivant.

Gauthier Chapelle est ingénieur agronome et docteur en biologie, chercheur in-Terre-dépendant en biomimétisme et collapsologie. Il est aussi co-auteur de plusieurs livres, dont L’entraide, l’autre loi de la jungle, avec Pablo Servigne, Ed. Les liens qui libèrent, 2017 et Une autre fin du monde est possible avec Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Ed. Seuil, 2018.

PCAF : participation consciente aux frais

Partager la page