L’Union des Artistes asbl et Artists United vzw lancent la campagne nationale de crowdgiving :

Être un artiste, c’est une vocation, autant qu’un choix de vie.

C’est s’occuper du superflu, mais c’est quand il disparaît qu’on s’aperçoit que le superflu est nécessaire.

Comme disait Friedrich Nietzsche, « Sans la musique, la vie serait une erreur ». Sans théâtre, sans concert, elle perd terriblement de son goût.

Depuis toujours, chez Artist United et à l’Union des Artistes, on est habitué à aider les artistes en difficulté.
C’est notre corebusiness.

Aujourd’hui, nous voulons aller encore plus loin, et tendre la main à ceux qui autrement, ne se relèveront pas.

Plus précisément, c’est surtout vers les jeunes artistes que nous voulons aller, ce sont eux qui sont les plus fragiles.
C’est l’avenir de la profession qui est en jeu.

Dans cette pièce-là, vous avez un rôle un jouer, vous en tant que particulier, vous en tant qu’entreprise.

Vous pouvez soutenir les artistes qui ne peuvent plus exercer leur métier, et qui ne pourront pas le faire pendant un moment encore.

Vous aussi vous pouvez devenir artiste du coeur.

 

L’Union des Artistes, reconnue comme Fédération professionnelle par le Gouvernement de la Communauté Française, existe depuis 1927.

Elle compte aujourd’hui 800 membres : c’est la plus vieille association culturelle dans le domaine du spectacle en Belgique.

Elle est constituée d’artistes du spectacle : de comédiens et d’artistes interprètes mais aussi de techniciens, de scénographes, de photographes de plateau, de maquilleurs, de metteurs-en scène, de professionnels des arts du cirque et de la rue, de chorégraphes, de compositeurs, de musiciens, d ’artistes du théâtre pour l’enfance et la jeunesse, de chanteurs lyriques, d’ auteurs, etc. Bref, l’ensemble de ces activités artistiques ou techniques artistiques communément regroupées sous l’appellation : intermittents du spectacle.

Elle a compté dans ses rangs Annie Cordy, Toots Thielemans, pour ne citer qu’eux…

Depuis 1927, elle accorde à ses membres et à ceux qui la sollicitent en certaines circonstances une aide matérielle et juridique. Elle les aide financièrement, juridiquement et moralement.

C’est près d’un million d’euros d’aide qui à déjà été distribué par l’Union aux artistes depuis qu’elle remplit ses missions.

Aujourd’hui, après une timide réouverture, la refermeture – pour une période hélas indéterminée – des scènes, des théâtres, des salles de concert, des cinémas, est un deuxième choc extrêmement violent que doivent affronter les artistes et les intermittents du spectacle.

Selon Wim Demey (Partena professional) le cinéma, les arts et la culture est le deuxième secteur le plus touché en Belgique par la perte d’emploi ( -29%) après les cafés et les restaurants (1).

Pour certains artistes, dont les plus jeunes, ce n’est plus de la précarité qu’ils vont devoir affronter, c’est de la misère.

Nous devons les aider à passer cette période extrêmement difficile. Nous devons les aider à payer leur loyer, leur chauffage, leur courses, leur vie.

Aujourd’hui, nous lançons l’opération « Artistes du Coeur, Hart voor Kunstenaars, Heart for Art »

(1) Les industries culturelles, tous secteurs confondus (architecture, arts plastiques, audiovisuel, design, enseignement culturel, livres et presse, loisirs culturels, mode, patrimoine, archives et bibliothèques, publicité, spectacle vivant et activités mixtes), c’est environ 4,8 % du PIB de la Belgique, c’est-à-dire environ 48 milliards d’euros. (J-G Lowies, ULG).

Partager la page