• Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public (14 ans et +)
Les horaires
  • Le vendredi 12/02 à 20h30

  • Le samedi 13/02 à 20h30

  • Le mardi 16/02 à 20h30

  • Le mercredi 17/02 à 19h30

  • Le jeudi 18/02 à 20h30

  • Le vendredi 19/02 à 20h30

  • Le samedi 20/02 à 20h30

  • Le mardi 23/02 à 20h30

  • Le mercredi 24/02 à 19h30

  • Le jeudi 25/02 à 20h30

  • Le vendredi 26/02 à 20h30

  • Le samedi 27/02 à 20h30

Après cinq ans de tournées et résidences en dehors de la Belgique, Eve Bonfanti et Yves Hunstad reviennent à Bruxelles et nous convient à une véritable immersion au cœur de leur processus créatif au cours d’une soirée composée d’un film et d’un spectacle,  les deux pouvant être vus ensemble ou indépendamment l’un de l’autre.  

A voir au Grand Varia, du 12 au 17 février 2021. Avec sur scène : Eve Bonfanti et Yves Hunstad
A 18h projection du film (durée 1h45)
A 20h30, le spectacle.
Les mercredis, projection à 17h et spectacle à 19h30
Possibilité de repas entre les deux séances. Cuisine exclusivement végétarienne. Paiement en liquide.

 

Affiche du film de Christian Rouaud, Le plaisir du désordre

Le plaisir du désordre

Le film-documentaire de Christian Rouaud

Durant trois années, le réalisateur Christian Rouaud (César 2012 du meilleur documentaire pour « Tous au Larzac ») et son équipe ont suivi le travail de recherches, d’écriture et de répétitions de la Fabrique Imaginaire. Ce travail réunissait Eve Bonfanti et Yves Hunstad, les comédiens et techniciens d’un 5ème spectacle en cours de création intitulé L’heure et la seconde.

Créé, encore inachevé, en 2015 au Théâtre Varia, il nous plongeait dans la nuit d’un auteur insomniaque, une nuit solitaire au cours de laquelle visiteurs de l’espace et molécules invisibles l’entrainaient autant dans l’immensité du cosmos que dans les profondeurs de sa tasse de café…

Le film nous fait entrer dans l’étonnante histoire de la fabrication de ce spectacle.

 

Détours et autres digressions

Le spectacle de la Fabrique Imaginaire

Après Le plaisir du désordre, on retrouve sur scène, en chair et en os, les deux protagonistes du film qui ont choisi de retrouver le public pour lui raconter ce qu’il est advenu de ce spectacle depuis 5 ans et où ils en sont aujourd’hui.

Le duo s’amuse comme à l’accoutumée à déconstruire la frontière entre la fiction et la réalité, à abattre le 4ème mur et à placer le public dans une position de complice.

L’heure et la seconde est attendu dans quelques jours pour faire l’ouverture d’un grand festival international de théâtre contemporain. Le défi est de taille, vont-ils le présenter tel quel ou le modifier à cette occasion ? Le temps file incroyablement vite et les deux comédiens sont à ce moment de « vacillement au bord du vide » comme l’exprime Christian Rouaud dans le documentaire.

Discussions, doutes, remises en question, glissements du texte à la mise en scène, et de la mise en scène au jeu, le public assiste à la fois à un spectacle et aux coulisses de sa création. Eve Bonfanti et Yves Hunstad brouillent les pistes en se jouant eux-mêmes et en faisant des Détours et autres digressions dans « l’univers imprévisible de la création ».

Un moment de théâtre grandiose et inattendu au cœur duquel l’imagination et la poésie se lovent, et qui est d’un humour si subtil « qu’on a l’impression de partager un moment intime avec des amis, et l’instant d’après, d’être projeté dans une salle de spectacle ».

La recherche constante, inlassable, incessante

Eve Bonfanti – Yves Hunstadt

Dans la continuité de notre recherche sur le sens du théâtre et les mécanismes qui lui donnent vie ainsi que sur les codes et les conventions de l’art théâtral dont nous faisons usage pour mieux les déconstruire et les détourner, nous avons choisi de nous mesurer au thème de l’univers imprévisible de la création. 

Dans ce cas-ci, c’est la recherche constante, inlassable, incessante… qui en est le thème central.

Comme intrigue, jouant du documentaire et de la fiction, nous avons placé deux artistes – nous-mêmes – aux prises avec leur dernière création, face à l’alchimie de l’écriture et du jeu – de l’inspiration à la remise en question – mais aussi face au public et au monde de la production.

Ève Bonfanti et Yves Hunstad, un duo pas comme les autres. 

Eve Bonfanti et Yves Hunstad - Détours et autres digressions

© France Dubois

Artisans dans l’âme, ils composent leurs spectacles à quatre mains. Au final, une écriture gémellaire, à la fois masculine et féminine, taillée au millimètre. Ces deux-là, tels des magiciens, inventent et jouent des histoires entre vrai et faux semblants jeu et hors-jeu, fiction et réalité, en complicité avec le public. Chacun de leur spectacle s’apparente à un voyage dans l’imaginaire, bouscule les codes de la représentation, éveille notre sensibilité et nos désirs les plus enfouis. Les spectateurs qui suivent leurs aventures savent qu’on ne peut ni raconter ni mesurer leurs pièces, véritables bijoux théâtraux, où poésie et humour fou s’entremêlent singulièrement.

ÈVE BONFANTI ou l’art d’expérimenter simultanément le jeu, la mise en scène et l’écriture.

C’est dès l’âge de dix ans qu’elle se passionne pour le théâtre et joue dans des compagnies confirmées. Enfant parmi les adultes, c’est donc sur les planches qu’elle fera son « école » du théâtre. Très vite, elle élargit son intérêt pour la scène à celui de l’écriture et de la mise en scène. Ainsi, elle adapte en français et signe la pièce italienne de l’auteur et poétesse italienne Dacia Maraini, Dialogue d’une prostituée avec son clientet celle du dramaturge allemand F.X. Kroetz, Concert à la Carte.

L’écriture et la mise-en-scène théâtrale l’amène aussi à celle du cinéma et c’est en 1984 qu’elle signe son premier long-métrage, Madame P, qui obtient le  » Prix du Scénario  » du Ministère de la Culture de la Communauté Française de Belgique et qui fût primé dans plusieurs festivals internationaux.

Au théâtre, elle conçoit des spectacles à partir d’improvisations, où s’entremêlent écriture, jeu et mise en scène. C’est lors de sa première collaboration avec Yves Hunstad qu’elle crée La Tragédie Comique en 1988, et qu’ensemble ils fondent La Fabrique Imaginaire. 

YVES HUNSTAD ou l’art de sculpter l’improvisation. 

Auteur et metteur en scène, c’est depuis la toute petite enfance qu’Yves Hunstad est passionné par le jeu et la création de personnages. Adolescent, il entre dans une troupe amateur et en 1975, à l’INSAS.  Après avoir joué dans divers spectacles, depuis toujours fasciné par le jeu du masque, et parallèlement à son travail de comédien et de metteur en scène, il se consacre très vite à la recherche théâtrale. De l’écriture d’un spectacle à la construction de ses personnages, c’est sur base de l’improvisation qu’il fondera ses recherches. 

Il écrit son premier seul-en-scène Hello Joseph !, suivi du second, Gilbert sur scène qui remporte un succès national. C’est en 1988 qu’il rencontre Eve Bonfanti autour d’une première co-écriture La Tragédie comique, spectacle phare qui sera joué plus de 800 fois et qui marque les débuts de leur collaboration et la création de La Fabrique Imaginaire.


 

Quelques liens pour aller plus loin dans l’univers du spectacle…

-> Le site de La Fabrique Imaginaire

-> Le teaser du film de Christian Rouaud, Le plaisir du désordre

BANDE-ANNONCE LE PLAISIR DU DESORDRE from jour2fete on Vimeo.

 

Autour du spectacle

  • Afin de prolonger le spectacle, d'en comprendre la genèse, la fabrication, les enjeux sous-jacents. Accessible à  5€ sur présentation d’une carte d’étudiant en cours de validité.

AVEC Eve Bonfanti, Yves Hunstad, Leonard Clarys ou Gaetan van den Berg
LUMIÈRE, SON, RÉGIE Léonard Clarys, Gaetan van den Berg
CHANT « the Queen of Jupiter » Lola Bonfanti
VOIX DE L’ENFANT Moïno Bonfanti
DIRECTION D’ACTEURS Monique Cappeau
CONCEPTION, ÉCRITURE, MISE EN SCÈNE Eve Bonfanti, Yves Hunstad

Une création de La Fabrique Imaginaire avec le soutien du CIRCA Auch, de la Villette résidence d’artistes-Paris, du Théâtre des Doms-résidence d’artistes-Avignon, du Théâtre Aghja-résidence d’artistes-Ajaccio.
Production La Fabrique Imaginaire – Administration Philippe Maby – Secrétariat Rosane Guety.

© E. Bonfanti, Y. Hunstad

Partager la page