As palavras vous offre de la danse, du théâtre, de la musique, des Arts plastiques… dans un petit coin de paradis à Saint-Gilles : chaque soir une dizaine d’artistes présentent une performance d’une durée de 5 à 20 minutes

Avec : ANNE-CECILE Massoni, AYELEN Parolin, CLAUDIO Bernardo, DORIAN Baste,  ELISE Gabele, FATOU Traoré, EMMANUEL Tondus, FELICETTE Chazerand, GABRIEL Govea Ramos, GIL Tapia Perez, JORGE Milhomens, LAURENCE Cornez, LEA Petra, LEONARDO Rodrigues, MIKAEL Bres, NICOLAS Bernazzani, NIXON Fernandes, OLIVIER de Beaucoeur, THI-MAI Nguyen, VINCENT Clavaguera.

: dans le jardin du siège social d’As Palavras au 45, Rue de Hollande, 1060 St Gilles.
Quand : les 28 et 29 Mai 2021, du 19h30 au 23h
Entrée : 10€
Infos et réservations (indispensables) : 0471 45 11 39 – contact@aspalavras.org

>>> Consulter le dossier de presse <<<

 




Notes de Claudio Bernardo, directeur artistique de la compagnie As Palavras

Claudio BernardoDurant la période du premier confinement je me suis mis à peindre des tableaux de paysages maritimes composés par des bleus profonds, du turquoise et de l’or. Cela a été la seule manière pour me pencher à la fois sur le sujet de ma future pièce, en attendant de pouvoir recommencer à travailler avec mes interprètes, de rencontrer le public et d’exercer mon métier : celui d’artiste pour l’art vivant.

Durant la phase d’attente pour le redémarrage des salles de spectacle, j’ai créé une pièce en hommage à un chorégraphe qui m’a formé dans mon parcours. La pièce a été présentée pour un public de 20 personnes chaque soir, tous les mercredis du mois de septembre. Là, j’ai recommencé à revivre, et nous sommes ensuite partis en Italie pour la présenter dans un jardin historique de Cagliari, en Sardaigne, Italie.

Quelques jours avant de commencer les répétitions de la prochaine création au Théâtre Varia, le confinement a pris de nouveau la relève. Malgré le découragement et le désarroi, nous nous sommes mis au travail. Nous n’avons pas pu représenter le spectacle pour le public, mais enfin nous avons pu entrevoir une petite fenêtre vers l’extérieur grâce à la captation de la RTBF qui a été diffusée sur Auvio et qui nous a permis d’arriver au public d’une manière différente…

En dépit de cela, encore une frustration est venue s’installer par le manque de ne pas pouvoir rencontrer « l’autre ». Autour de moi, j’ai vu la peur grandir chez mes collègues. Une forme de solitude nouvelle est apparue en moi, alors que je suis plutôt un être solitaire en général et la solitude me plait et m’aide à créer. Par contre, cette nouvelle solitude m’a laissé stérile et par moment a installé en moi des incertitudes menaçantes.

Le printemps arrive doucement et je vois finir les travaux de mon jardin. Pendant la pandémie, quand j’ai conçu le plan de sa réalisation, je me suis promis de l’ouvrir pour les artistes que j’aime, une fois qu’il aurait été permis. Lorsque j’ai annoncé à mes voisins mon idée d’organiser un événement, ils ont tout de suite accepté et ils se sont mobilisés pour nous aider.

Diagonal est finalement né! Un événement décomplexé dans sa forme, ni horizontal, ni vertical, perpendiculaire et ouvert à plein de disciplines diverses en plein air, dans le jardin au 45, Rue de Hollande à 1060 Saint Gilles. Bien sûr j’attends impatiemment la réouverture des théâtres. Entre temps j’ai envie que les corps, les voix et gestes d’artistes remplissent le vide causé par nos jours loin les uns des autres.

Je vous souhaite plein de vie et des partages en respect et, dans cette perspective, nous voulons proposer une Diagonal.

Partager la page