Édito

Affiche de saison 20-21, Théâtre VariaMadame, Monsieur,
Chère spectatrice, cher spectateur,

A cette époque qui n’est plus tout à fait comme avant, et qui est pourtant identique à toute autre, secouée qu’elle est par de nouvelles vagues de conflits entre les hommes et les femmes, entre les dominants et les dominés, entre les riches et les pauvres, déstabilisée par des crises de toutes sortes – dont cette dernière sanitaire, les artistes paraissent tel un radeau qui permet de traverser un naufrage et d’accoster sur de nouveaux rivages. 

Ils nous sortent des coupures en deux, des scissions, des clivages. Ils nous montrent des zones troubles, nous secouent, nous dérangent. Ils nous mettent la tête hors de l’eau, nous offrent des bulles d’air, des moments suspendus hors du temps, nous réenchantent de poésie, d’imaginaire, de rire.

Ils croquent toutes et tous la vie à belles dents et mordent dans le monde, tels qu’ils sont, tels qu’ils vont, tels qu’ils viennent, pour les réinterpréter et en extraire de nouveaux récits, de nouveaux langages. Ils bravent l’inconnu, se lancent à la conquête de nouveaux espaces, et sans pour autant nous détourner de l’action ou idéaliser la réalité, ils nous entraînent dans leur sillage à rêver d’ailleurs.

Rêver d’ailleurs. C’est ce que nous vous proposons de partager ensemble au cours de cette nouvelle saison. Vous avec les artistes qui la composent, et les artistes avec vous, qui sont peu sans votre présence.

Après ce long temps d’absence où vous nous avez tant manqué, vous dire notre impatience de vous retrouver paraît un euphémisme.

Nous rêvons, d’ailleurs, en écrivant ces lignes, à ce jour où nous rouvrirons nos portes et que nous soyons enfin toutes et tous réuni.e.s dans la joie et la chaleur du contact humain, tout en vous garantissant bien sûr le respect des règles de sécurité qui seront en vigueur au moment venu… Pour votre sécurité autant que pour la nôtre.

Il nous faut bien sûr encore patienter, attendre le passage de l’été et des vacances. Mais vivement déjà le 6 octobre, date de notre première représentation où Selma Alaoui vous propulsera en 2120 et vous fera entrevoir avec gaité l’incongruité de nos projections futuristes de 2020…

D’ici là, nous vous souhaitons le meilleur pour vous, pour vos proches, et n’oublions pas non plus la valeur du mot solidarité !

Sylvie Somen
Juin 2020