Gagner et perdre / Beckett

  • Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le mardi 27/01 à 20h30

  • Le mercredi 28/01 à 19h30

  • Le jeudi 29/01 à 20h30

  • Le vendredi 30/01 à 20h30

  • Le samedi 31/01 à 20h30

  • Le mardi 03/02 à 20h30

  • Le mercredi 04/02 à 19h30

  • Le jeudi 05/02 à 20h30

L’oeuvre de Samuel Beckett – et ses courtes pièces en sont un magnifique témoignage – vise à créer un univers à part. L’auteur explore jusqu’à la réduction extrême la forme théâtrale, joue avec les possibilités de la parole et du jeu. Ses personnages parlent et n’en finissent pas de parler, comme pour « laisser une tâche sur le silence » et comme le disait Beckett lui-même, en usant de mots qui sont « ceux de tout le monde, c’est-à-dire le langage ».

Isabelle Gyselinx fait revivre cet auteur que tout le monde connaît ou presque, que tout le monde aime ou presque et qui a pourtant disparu de nos planches – ou presque, en deux pièces en un acte et une invention en chansons et musique.

COMÉDIE est un court vaudeville à trois personnages écrit en 1963. Pris entre sa femme et sa maîtresse, le mari a laissé croire à chacune qu’il est parti avec l’autre… Amputés de leurs corps, ensevelis jusqu’au cou dans des jarres, on dirait trois têtes parlantes qui s’ignorent et semblent pourtant se répondre. Sous l’impulsion d’un projecteur qui devient le maître d’un jeu haletant composé de quiproquos et de malentendus, leurs mots sonnent et résonnent comme pour retrouver le fil invisible qui les relie.

VA-ET-VIENT (écrit en 1965) réunit trois vraies fausses amies qui ont peut-être un passé commun. Assises sur un banc, elles évoquent des moments révolus. Leurs corps souffrent en silence et leurs blessures conjointes sont irréversibles. Mais tant pis ! Ça cancane, ça se chuchote à l’oreille, ça s’observe. C’est cruel et drôle, court et efficace. En peu de mots, et des entrées et sorties insolites, tout est dit !

RÉMINISCENCES est une mise en chansons d’extraits de textes qui ont inspiré Samuel Beckett. La composition est assurée par le musicien et acteur Thierry Devillers.

Ce spectacle est un spectacle COCOF (les groupes scolaires bénéficient d’une animation obligatoire en classe ainsi qu’un tarif préférentiel de 2,25 euros.)

Si vous choisissez de voir deux spectacles parmi les cinq premiers de l’année (Gagner et perdre / Beckett, Six pieds sur terre, Faut y aller!, En toute inquiétude, Le Tramway des enfants) vous bénéficiez d’un tarif préférentiel.

2 SPECTACLES

Adulte 32€ (au lieu de 36€)
Senior 22€ (au lieu de 26€)
Etudiant 18€ (au lieu de 20€)
Chercheur d'emploi 10€ (au lieu de 12€)


Si vous choisissez 3 spectacles ou plus, référez-vous à nos formules d’abonnement.

Crédits

AVEC: Thierry Devillers, Anne-Marie Loop, Catherine Mestoussis, Isabelle Urbain / CRÉATION LUMIÈRE: Manu Deck / CRÉATION COSTUMES: Agnès Brouhon, Myriam Simenon, Christine Picqueray et les ateliers du Théâtre de Liège / CRÉATION DÉCOR: Marie-Christine Dardenne, Eddy Niejaldik / COMPOSITION MUSICALE: Thierry Devillers / MISE EN SCÈNE ET ESPACE SCÉNIQUE: Isabelle Gyselinx.

Photo originale : Jonathan Kris

 

Un spectacle du Théâtre de Liège en coproduction avec le Théâtre VARIA. Comédie et Va-et-vient sont publiées avec d’autres pièces en un acte sous le titre Comédie et Actes divers, Ed. de Minuit (1970). La traduction française est de l’auteur qui les a écrites en anglais.

Critiques

La Libre Belgique, Marie Baudet, 3 février 2015 :
Critique : « Beckett ou la musique des mots »

Rue du Théâtre, Suzane Vanina, 1er février 2015 :
Critique : « Retrouver Beckett »

Le Suricate Magazine, Emilie Garcia Guillen, 1er février 2015 :
Critique

Musiq3, Pascale Seys, 31 janvier 2015 :
Isabelle Gyselinx est l’invitée de l’émission Le grand charivari (1ère heure)

Alphabeta Magazine, Sébastien Hanesse, 31 janvier 2015 :
Critique

L’Echo, Didier Béclard, 29 janvier 2015 :
Critique : « Savourer l’essence de la parole de Beckett »

Musiq3, François Caudron, 29 janvier 2015 :
Interview d’Isabelle Gyselinx (1er sujet)

Agenda Magazine, Gabriel Hahn, 22 janvier 2015 :
La semaine d’Isabelle Gyselinx

Partager la page