Lecture par Catherine Salée, suivie d’une rencontre entre l’auteure et Ysaline Parisis

En gardant sa grande main qui tiédissait dans la mienne, j’ai souhaité de tout mon cœur ne jamais oublier son odeur et la douceur de sa peau sèche. Je lui ai demandé pardon de ne pas avoir vu qu’il mourait, je l’ai embrassé et puis j’ai dit à haute voix, ciao, je t’aime, à plus, fais-nous signe quand tu seras arrivé.

Anne Pauly

Anne Pauly – © AFP Joël Saget

Dans ce roman émouvant et intense d’un humour rare sur le deuil et les souvenirs, Anne, la narratrice, revient sur les mois qui ont précédé la mort de son père, « un gros déglingo » – caractériel, cabotin, violent, alcoolique, qui en a fait voir à sa famille, mais aussi un homme autodidacte, cultivé, sensible à la spiritualité, à la poésie et à la nature. Le fils est si amer et en colère qu’il laisse Anne vider seule la maison pleine à craquer… À travers les objets, les papiers qu’elle trie, elle continue de faire vivre ce père à la fois ordinaire et hors norme, qui lui légué ses traits, l’éloignant, dit-elle, « des critères acceptables du féminin ».

C’est Catherine Salée, comédienne de grand talent au théâtre comme au cinéma, qui prête sa voix à Anne et fait entendre l’écriture agile et tourbillonnante de l’auteure. Anne Pauly a toujours su qu’elle allait écrire. Correctrice dans un cabinet d’avocats, rédactrice d’horoscopes puis secrétaire de rédaction dans un magazine féminin, elle a attendu longtemps avant d’oser se lancer. Avant que j’oublie est son premier roman. Coup de cœur de nombreuses librairies, il remporte en 2019, le prix Envoyé par la Poste, et en 2020 celui, prestigieux, du Livre Inter, ainsi que celui de Summer, de Robert-Walser et de Pauline de Simiane.

 

Catherine Salée

Catherine Salée – © DR

Catherine Salée a joué au théâtre sous la direction entre autres de Guillemette Laurent, Isabelle Pousseur, JeanneDandoy, Philippe Sireuil…, et au cinéma, notamment dans les films de Joachim Lafosse, d’Abdellatif Kechiche, des frères Dardenne, d’Emmanuelle Bercot, d’Anne Fontaine… En 2014, elle reçoit le Magritte du meilleur second rôle pour La vie d‘Adèle, et en 2016, celui des Prix de la Critique, dans la catégorie «meilleure comédienne» pour son rôle dans Trois ruptures, pièce de Remi Devos. Depuis la saison 17-18, elle est à l’affiche de La Musica deuxième de Marguerite Duras, aux côtés de Yoann Blanc, son complice dans la série télévisée, La Trêve.

 

Ysaline Parisis - © Serge Giotto

Ysaline Parisis – © Serge Giotto

 

Ysaline Parisis critique littéraire et journaliste culturelle, a notamment oeuvré à la RTBF et au Vif/L‘Express. Elle travaille aujourd’hui à la Maison internationale des littératures Passa Porta.

 

 

 

 

Une production de L‘Intime Festival (Namur). En collaboration avec Les Midis de la Poésie et avec le soutien du Théâtre Varia.

Réservation Théâtre Varia – Entrée 15 €
reservation@varia.be – 02 640 35 50

Logo Midis de la Poésie

Partager la page