Il y a un an, le monde basculait et la Belgique décrétait son premier confinement pour nous protéger de la pandémie du coronavirus. Depuis, mis à part quelques soubresauts qui ont permis aux théâtres d’ouvrir leurs portes à la rentrée 2020, les mesures strictes sont toujours d’application. Interdiction jusqu’à nouvel ordre d’ouvrir les portes au public, mais le travail de répétition est permis.

Samedi 13 mars, pour rappeler que si les théâtres sont en berne, les artistes sont toujours vivants, diverses actions ont été menées dans divers lieux de la ville dans le cadre de l’opération Still standing for culture. Pour l’occasion, le Varia avait revêtu un bel habit de cérémonie. Si vous êtes passé.e.s devant le théâtre entre 13h13 et 16h, vous avez entendu des voix. C’est normal. Elles n’étaient pas celles de fantômes, mais d’artistes dont les spectacles ont été reportés ou annulés, et celles de jeunes citoyen.nes, inquiets du présent et friands d’avenir.  Pour les réécouter, c’est par ici >>>

Générique par ordre de passage

Claudio Bernardo  (Après les Troyennes) vous invite à faire un vœu
Eline Schumacher  (La ville des Zizis) : Lucas Meister (acteur du spectacle) interprète a capella un générique de Western
Delphine Bibet (Playback d’histoires d’amour) vous offre un patchwork de chansons d’amour
Le Théâtre de la Chute (Fugue) : Noé Esnault (compositeur des musiques du spectacle) met en musique son ras-le-bol du confinement
Marie Lecomte  (Voyage dans ma chambre), accompagnée d’Eric Bribosia et François Schulz, revit ses dix ans en musique
Eve Bonfanti et Yves Hunstad  (Détours et autres digressions) : Eve Bonfanti et Yves Hunstad se réjouissent du succès qu’a rencontré leur spectacle… à moins qu’il n’aie pas eu lieu.
Elsa Chêne (Orphelins) : Jennifer Cousin, Antonin Jenny et Lucas Meister sont Hélène, Danny et Liam dans cet extrait qui ouvre le spectacle Orphelins

Laura Petrone et Guillaume Kerbusch  (Jimmy n’est plus là & Brandon) : Laura Petrone interprète au piano Ravel Concerto en Sol/2ème mouvement
Guillemette Laurent, Marie Bos et François Emmanuel (Dressing room) : Marie Bos lit un extrait de la Lettre au directeur de théâtre de Denis Guénon
Les élèves de rhéto de l’Institut Saint-Boniface et de l’Institut de l’Enfant Jésus rêvent le monde pour mieux s’y engager.

Merci à vous de les avoir écoutés, et merci à toutes celles et ceux qui continuent à préserver le vivant des arts !

Still standing for Culture - Aux arts citoyen.ne.s

 

Retour sur le Still Standing du 20 février

Partager la page