• Lieu: Grand Varia
  • Public: Tout public
Les horaires
  • Le jeudi 16/01 à 20h30

  • Le vendredi 17/01 à 20h30

  • Le samedi 18/01 à 20h30

  • Le mardi 21/01 à 20h30

  • Le mercredi 22/01 à 19h30

  • Le jeudi 23/01 à 20h30

  • Le vendredi 24/01 à 20h30

  • Le samedi 25/01 à 20h30

  • Le mardi 28/01 à 20h30

  • Le mercredi 29/01 à 19h30

  • Le jeudi 30/01 à 20h30

  • Le vendredi 31/01 à 20h30

  • Le samedi 01/02 à 20h30

Je, tu, iel

Yoann Blanc et Gwen Berrou

Photo de répétition – Ton joli rouge-gorge

 

La « Révolution des Couleurs » a eu lieu et la binarité des genres – rose pour les filles, bleu pour les garçons – a explosé en une myriade d’identités et de couleurs. Dans cette société de tolérance, de respect et d’égalité, où il y a dorénavant autant de genres que d’individus, quatre adolescent·e·s sont atteint·e·s d’un mal mystérieux et dégénératif. Accompagné·e·s de leur robot, iels s’enfoncent dans la forêt afin de s’y cacher.

Arrivé·e·s dans ce qui semble être un camping abandonné, iels vont tenter de vivre leurs vies d’adolescent·e·s et de préserver leurs relations bouleversées par la maladie. Mais le syndrome qui les touche semble s’aggraver, et iels ne sont pas seul·e·s dans ces bois… 

 

 

 

 

Bien qu’il y ait de plus en plus de personnes qui affirment leur transidentité dans nos sociétés occidentales, le modèle traditionnel du genre binaire reste aussi dominant qu’il est obsolète. Comment secouer les esprits ?

C’est là tout l’objet de la recherche de Ludovic Barth et Mathylde Demarez, qui aiment inventer de nouveaux types de récit, raconter le monde autrement, chambouler la réalité. Parce que c’est le récit qui ordonne la réalité, qui cristallise nos représentations mentales, qui nous permet d’appréhender le monde, et que de ce fait, changer de récit, c’est potentiellement changer la réalité.

Sous la griffe de Clinic Orgasm Society, Ton joli rouge-gorge sonne comme une joyeuse farce tragico-rétro-futuriste qui, avec son humour noir, la gravité lyrique des adolescent·e·s, l’absurde et la science-fiction bricolée comme une uchronie des années ’80, nous fait plonger dans un bain à la fois familier et décoiffant.

SPEAK DATING  avec Ludovic BARTH, Gwen BERROU, Yoann BLANC, Mathylde DEMAREZ, Adrien DESBONS, Benoît GOB

PHOTOS DU SPECTACLE

© Alice Piemme / AML

Conception et direction artistique Ludovic BARTH & Mathylde DEMAREZ
Écriture et interprétation Ludovic BARTH, Gwen BERROU, Yoann BLANC, Mathylde DEMAREZ, Adrien DESBONS, Benoît GOB et Christel OLISLAGERS
Avec la participation de Günter DURET, Gaétan LEJEUNE et Anne-Sophie STERCK
Assistanat à la mise en scène Hugo FAVIER
Création sonore Antoine DELAGOUTTE et Greg DURET
Création lumière Marc LHOMMEL
Scénographie et réalisation du décor Raphaël RUBBENS
Création costumes Britt ANGÉ
Régie son Laurent Gueuning
Régie lumière Tom Van Antro
Réalisation costumes Odile DUBUCQ, Maya PEROLINI et Chloé DILASSER de l’Atelier du Varia
Coiffure Pascal MOURI
Stagiaires assistant·e·s Julien VAN BOEKEL et Lula TURBÉ
Chargée de production, diffusion et développement Christel OLISLAGERS

Documentation Marta MO GOMILA et Charlotte PEZERIL

Merci à Agathe CORNEZ, Greg DURET, Hania OUHNAOUI et Emmanuelle BRIBOSIA / Equality Law Clinic ainsi qu’à Nathalie LAMMENS / RainbowHouse

Une création de Clinic Orgasm Society en coproduction avec le Théâtre Varia, le Théâtre de Namur, la Coop asbl et Shelter Prod. Avec le soutien de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge. Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre.

Remerciements aux entreprises DHERTE SA. Les entreprises DHERTE SA ont décidé d’investir, depuis 2005, dans des projets artistiques majoritairement belges et valorisant tout particulièrement les emplois d’artistes et de techniciens de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Production déléguée : Théâtre Varia.

Clinic Orgasm Society est en résidence artistique au Théâtre Varia.
clinicrgsmsociety.be

 

 

 

 

© Pascal MAYEUR

Presse papier

Et si Adam et Eve étaient transgenres?
Absurde et tordante, la pièce joue avec nos constructions sociales comme la femme à barbe jongle avec les hormones.
Le Soir,
Catherine Makereel, 17 janvier 2020> Lire l’article <

Fugue d’ados dégenrés
(…) le jeu savamment clownesque d’un Yoann Blanc aussi désopilant qu’inquiétant, la désinvolture subtilement maîtrisée de Gwen Berrou, la tendresse bourrue qu’incarne Benoît Gob. Outre le rôle dédoublé de Ludovic Barth et Mathylde Demarez, et le rôdeur oiseau-chasseur de Christel Olislagers, le personnage le plus complexe en somme, le plus « écrit », le plus touchant aussi, est celui de Braun (Adrien Desbons), le robot en qui, par-delà le genre, se cristallisent les normes et se court-circuitent les codes
La Libre Belgique
, Marie Baudet, 17 janvier 2020 > Lire l’article <

Rester neutre
Ce conte philosophique « tragico-rétro-futuriste » déconcertera d’abord le spectateur habitué aux catégories cartésiennes du masculin et du féminin, pas à ce « et/ou » qui heurte notre sens logique. Celui du spectateur commun. Mais si nous faisons l’effort de réfléchir, le conte nous invite à découvrir notre nature profonde, altérée par l’âge, le langage, les conventions sociales et le pli des habitudes.
Bruxelles Culture, Michel Lequeux, février 2020

Presse web

Une utopie comique dans un monde transgenre
D’excellents acteurs réussissent une belle performance : nous faire rire (souvent) et réfléchir (un peu). Gwen Berrou, un Jules erratique, Yoann Blanc, clown tendre et pervers et Adrien Desbons le robot bienveillant.
RTBF.be, Christian Jade, 22 janvier 2020

Courez-y tout·e·s !
« Spectacle immensément drôle, « Ton joli rouge-gorge » est truffé de références à la pop culture (…) il souligne la manière dont les stéréotypes de genre sous-tendent notre vie et notre langage au quotidien « 
Demandez le programme, Laure Primerano, 19 janvier 2019 > Lire l’article <

Ton joli rouge-gorge de la Clinic Orgasm Society au Varia
Le travail sur les costumes rendant très bien cet esprit libre et non-binaire, donnant beaucoup de fluidité aux identités des personnages, le robot et la lumière.
Suricate, Elodie Kempenaer, 18 janvier 2020 > Lire l’article <

« Je, tu, (il-elle = iel) »
Le spectacle révolutionne les conventions que l’on nous inculque depuis notre plus jeune âge.
Intranet OTAN
, Silvana Cicognini, 24 janvier 2020 > Lire l’article <

« On apprend des choses et après on apprend à les désapprendre »
Brussels is yours, Carole Cornet, Interview de Yoann BLANC, 9 janvier 2019 > Lire l’article <

Presse audiovisuelle

RTBF, La Première, Le Mug, Élodie De Sélys et Xavier Vanbuggenhout,interview de Mathylde Demarez, 27 janvier 2020

 

 

RTBF, La 1ère, Tendances Première, Véronique Thyberghien, interview de Ludovic Barth et Mathylde Demarez, 23 janvier 2020
> Écouter le podcast <

BX1, LCR, David Courrier, Interview de Ludovic Barth, 13 janvier 2020

 

BX1, Fil de l’actu, Fabrice Grosfilley et David Courier, Interview de Ludovic Barth, 13 janvier 2020

Kiosk, Cindya Izzarelli, agenda, 24 janvier 2020 > voir la vidéo <

 

 

 

 

 

Partager la page