Lieu
Théâtre Varia
Durée
50min
Langues
FR
— st.
NL
EN
Accessibilité
PMR accomapgnant
Tarifs
Théâtre
Revoir

Quand la douceur réveille notre capacité d’agir : un nouveau regard porté sur la violence du monde qui nous entoure. 

Représentations

Tickets
Tickets
Tickets
Tickets

RÉSUMÉ

Juin 1942. Peu avant la rafle du Vél d’Hiv’, Mado Radzynski, une jeune fille juive de dix ans, traverse les champs de la France occupée. Sans ses parents, elle passe la ligne de démarcation pour gagner la zone libre, où une famille auvergnate la recueille, jusqu’à la fin de la guerre. Mai 2018. Mawda Shawri, une petite fille kurde de deux ans, est abattue d’une balle dans la tête, tirée par un policier belge, lors d’une course-poursuite sur la E42, à hauteur de Mons. Fuyant l’Irak, sa famille tentait de rejoindre l’Angleterre en camionnette, avec d’autres migrants.  

Deux enfants, prises dans la brutalité du monde qui les entoure. Deux exils forcés. L’une a survécu à ce passage de frontière clandestin. L’autre pas. L’une fut sauvée par l’Histoire, dans laquelle les personnes qui l’ont aidée à s’en sortir figurent en héro·ïnes. L'autre en est effacée, et ses aidant·es criminalisé·es. En croisant l’histoire de la petite Mawda et celle de sa propre grand-mère, Léa Drouet dépeint la violence dans notre société. Nommée, filmée, documentée, analysée sans relâche… Autour de nous, la violence est omniprésente. Pourtant, la surexposition de son imagerie sensationnaliste finit par nous empêcher, collectivement, de la prendre en charge. La violence est partout, mais à force de la voir, on ne la voit plus. Comment réarmer notre regard, pour déjouer les structures qui la rendent légitime ? Où trouver une aptitude nouvelle à voir, agir, et vivre ensemble autrement ? 

Dans une approche critique, Violences explore de nouvelles dramaturgies, qui malmènent les narrations figées et remettent nos histoires en mouvement. Seule en scène, dans un espace principalement composé de sable, Léa Drouet façonne avec une douceur saisissante des paysages fragiles, des territoires fracturés. Un petit monde friable, aux faux airs de jeu d’enfant, qui révèle toute la douleur des frontières, et les empreintes laissées par les corps qui les traversent. Nous sommes heureux·ses d’accueillir ce spectacle à l’écriture ciselée qui puise, dans les failles de nos mémoires intimes, une nouvelle façon d’habiter le monde. Il déplace notre regard, pour éveiller en nous une capacité nouvelle de résistance et d’indignation.  

 

Cindy Sechet
Distribution

Conception, écriture et interprétation Léa Drouet  

Dramaturgie Camille Louis  

Scénographie Élodie Dauguet  

Musique Èlg  

Lumières Léonard Cornevin  

Assistanat Laurie Bellanca  

Photos Élodie Dauguet  

 

Crédits

Création septembre 202 au Festival Actoaril (Marseilles) 

Production, diffusion  France Morin Arts Management Agency

Production Vaisseau  

Coproduction Nanterre-Amandiers - centre dramatique national, Kunstenfestivaldesarts, Charleroi danse - centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, La Coop asbl

Avec le soutien de Actoral - Festival & Bureau d’accompagnement d’artistes, Fédération Wallonie-Bruxelles, Wallonie-Bruxelles Théâtre- Danse, Centre Wallonie-Bruxelles Paris, SACD, Shelterprod, Taxshelter.be, ING, Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge 

Avec le soutien de Kunstencentrum Buda, Charleroi danse, [e]utopia, La Bellone, Montevideo