Lieu
Studio Varia
Langues
FR
Tarifs
Théâtre
Création

,

Première Bruxelloise

À la recherche d'un nouveau théâtre à inventer, une plongée fougueuse dans nos héritages disparus, d’une incroyable vitalité face aux enjeux de notre temps.   

Représentations

Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets
Tickets

RÉSUMÉ

Dans la nuit du 1er novembre 1975, Pier Paolo Pasolini a été assassiné sur la plage d’Ostie, près de Rome, dans des conditions qui, aujourd’hui encore, demeurent largement inexpliquées. Près de cinquante ans plus tard, quatre artistes se retrouvent sur une scène de théâtre. Plongeant dans la nuit de ce meurtre, iels cherchent à en faire un spectacle. Oui, mais lequel ? Quelle histoire raconter, et comment ?   

En une nuit n’est pas un spectacle comme les autres. C’est, plutôt, le laboratoire d’un théâtre à inventer. Sur scène, les acteur·rices bousculent les récits linéaires et nous embarquent dans leurs rêves, leurs questionnements, leurs désaccords. Ensemble, iels engagent leurs corps à la recherche de nouveaux affects, et jouent comme des enfants, voguant joyeusement entre leurs espoirs et leur réalité. Plongeant dans l’héritage et les combats de Pasolini, iels revisitent les scènes, croisent les hypothèses, additionnent les possibles, et imaginent une œuvre à l’écriture collective, bouillonnante et inachevée, d’une incroyable vitalité face aux enjeux de notre temps.   

Artiste furieux et éclectique, à la fois poète, dramaturge, cinéaste et journaliste, Pasolini n’a cessé d’alerter ses contemporains sur le péril qu’encouraient les cultures paysannes et ouvrières. Il laisse derrière lui une œuvre foisonnante et inquiète, traversée par la disparition annoncée de tous ces modes de vie fragiles, ceux des faubourgs des grandes villes, et des villages ruraux de l’Italie profonde. Tous ces dialectes, ces folklores qu’il défendait, face à la violence uniformisatrice du consumérisme mondialisé. Tout un monde qui est “mort avec lui”, en une nuit. Que faire de ces existences, de ces langages, de ces corps, aujourd’hui disparus ? Comment réactiver cet héritage dont nous avons été privé·es, pour raconter une nouvelle Histoire de notre monde, du côté des vaincu·es ? Comment déjouer nos pessimismes et nos nostalgies, pour trouver dans notre passé de puissants élans de transformation et inventer, pour l’avenir, de nouveaux actes de résistance ? 

Distribution

Porteur·ses de projets Ferdinand Despy, Simon Hardouin, Justine Lequette, Eva Zingaro-Meyer 

Assistant, Regard Orell Pernot-Borràs 

Costumière, Regard esthétique, Scénographie Elsa Séguier-Faucher 

Directrice technique, Co-créatrice lumière Nora Boulanger-Hirsch 

Co-créateur lumière Caspar Langhoff  

Scénographe Nicolas Mouzet-Tagawa 

 

Crédits

Production déléguée Atelier Jean Vilar 

Coproduction Théâtre Varia, Atelier Jean Vilar, Centre Culture de Tournai, Théâtre de Liège, Théâtre de Namur, L’Ancre, Mars - Mons Arts de la Scène, Réseau Puissance 4, Théâtre Sorano (Toulouse), CDN (Tours), La Loge (Paris), TU (Nantes)

Diffusion Habemus Papam